FAQ

Peut-on manger des yaourts et laits fermentés quand on est intolérant au lactose ?

Oui, les personnes intolérantes au lactose peuvent consommer des yaourts et laits fermentés. Les bactéries vivantes des yaourts ont la capacité à digérer le lactose tout au long du transit digestif, grâce à une enzyme : la lactase.  Non seulement la consommation de yaourt ne cause aucune difficulté digestive aux personnes qui digèrent mal le lactose, mais elle leur est recommandée pour pouvoir bénéficier de tous les avantages nutritionnels du lait.

En savoir plus


L'intolérance au lactose, le glucide du lait, concerne essentiellement les adultes et est consécutive à une diminution de l'activité d'une enzyme, la lactase. Les produits laitiers sont tolérés, leur consommation est fonction de leur contenu variable en lactose et du seuil de tolérance de chacun.  Les yaourts et laits fermentés dont le lactose est hydrolysé par les bactéries lactiques peuvent être recommandés chez les personnes qui digèrent mal le lactose. Pour cet effet, l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a même validé l'allégation « les cultures vivantes des yaourts ou des laits fermentés améliorent la digestion du lactose de ces produits chez les individus ayant des difficultés à le digérer ». Les ferments lactiques du yaourt synthétisent une lactase qui leur permet d'hydrolyser le lactose et de se nourrir à partir de ce sucre. La lactase bactérienne est inactive dans le yaourt mais devient active dans l'intestin lorsque les ferments lactiques y parviennent, où les conditions physico-chimiques s'approchent des conditions optimales du fonctionnement de l'enzyme.  

De nombreuses personnes qui souffrent, ou pensent souffrir, d'intolérance au lactose ont tendance à diminuer leur consommation de produits laitiers, voire même à les supprimer. Au-delà d'une réduction des apports en calcium, ce comportement réduit également l'apport de nombreux micronutriments.  

A noter : Il ne faut pas confondre l'intolérance au lactose avec l'allergie aux protéines de lait de vache, qui est liée à un mécanisme immunologique et qui concerne essentiellement les enfants de moins de trois ans. Dans ce cas, le régime d'éviction est strict, interdisant tous les produits laitiers ou dérivés.

Selon les individus et la quantité de lactose ingérée, l'intolérance au lactose peut entraîner des ballonnements, des gaz et des douleurs intestinales. La fraction de lactose non digéré qui parvient au côlon est fermentée par la flore colique, conduisant à la production de lactate, d'acides gras volatils et de gaz. De nombreuses personnes présentant des troubles fonctionnels digestifs ont une activité lactasique normale, mais se plaignent d'intolérance au lait. Il s'agit probablement de problèmes d'hypersensibilité digestive aux fermentations ou d'effets psychologiques. Par exemple, la consommation d'un produit de couleur blanche sans lactose peut induire des symptômes digestifs. L'autodiagnostic du patient n'est donc pas suffisant pour conclure à une intolérance. Les avis subjectifs des personnes sur leur éventuelle intolérance au lactose s'avèrent faux dans plus de la moitié des cas. Afin de prouver que les symptômes cliniques sont bien associés à une maldigestion du lactose, il est nécessaire de pratiquer un test d'expiration de l'hydrogène accessible dans la plupart des services de gastro entérologie. Plus le taux d'hydrogène expiré par le patient après l'ingestion de lactose est élevé, moins la digestion du lactose est efficace.


Retour à la FAQ